11 juin 1802 : Toussaint Louverture arrêté, est embarqué sur “Le Creole”

1 minute, 58 seconds Read

Les éphémérides du jour : les fêtes nationales, les événements marquant l’histoire d’Haïti, les proverbes… l’agence en ligne Juno7 vous apporte un rafraîchissement de la mémoire.

Nous sommes le mardi 11 juin 2024

11 juin 1802 : Toussaint Louverture arrêté est embarqué sur “Le Creole”. Arrêté le 7 Juin 1802, Toussaint fut embarqué dans le plus grand secret à bord de la frégate “Le Créole”, mouillée dans la rade des Gonaïves. C’est alors qu’il aurait déclaré au chef de division Savary “En me renversant, vous n’avez abattu que le tronc de l’arbre de la Liberté, il repoussera car ses racines sont profondes et nombreuses”.

11 juin 1874 : élection à la présidence du général Michel Domingue. Nommé par le conseil des ministres qui remplaça le président Nissage Saget, Domingue institua la fonction de la vice-présidence. Une insurrection l’obligea à se démettre et à prendre le chemin de l’exil.

11 juin 2018 : l’ambassadeur du Royaume de Belgique en Haïti, Patrick Van Gheel, remet la distinction d’« Officier de l’Ordre de Léopold », la plus haute distinction de la Belgique, à Michèle Duvivier Pierre-Louis, ancienne Première ministre d’Haïti, économiste, professeure d’université. Ce titre a été décerné à la présidente de la Fondation connaissance et liberté (FOKAL) par le Roi des Belges, le Roi Philippe, par arrêté royal du 8 mai 2018.

11 juin 2016 : funérailles des trois femmes sourdes-muettes, assassinées dans la nuit 18 mars 2016, à l’entrée de Cabaret. Jésula Germain (Sophonie), Vanessa Préval et Monique Vincent ont été assassinées pour avoir été prises pour des loups-garous.

11 juin 2013 : à Rio de Janeiro, la sélection haïtienne de football masculine fait match nul deux buts à deux (2-2) contre l’Italie en amical, trois jours après sa défaite contre l’Espagne (2-3) aux États-Unis. Les buts ont été marqués par Olrish Saurel et Jean Philippe Peguero.

11 juin 1872 : les Allemands extorquent le gouvernement haïtien. Deux frégates allemandes, commandées par le capitaine Batsch, mouillent en rade de Port-au-Prince et exigent le paiement immédiat de trois milles sterling. Indignée, mais convaincue de son impuissance, Haïti concéda et paya.

A lire aussi :

Trois policiers tués, un blindé incendié à Delmas 18 : la DGPNH annonce l’ouverture d’une enquête

Lot atik