Des mercenaires russes du groupe Wagner sont-ils en Haïti ou envisagent-ils d’y venir pour combattre les gangs?

Des mercenaires russes du groupe Wagner sont-ils en Haïti ou envisagent-ils d’y venir pour combattre les gangs?

3 minutes, 50 seconds Read

Des médias étrangers rapportent sans preuves que des mercenaires russes du groupe très connu Wagner sont déjà en Haïti et envisagent de venir combattre les gangs armés. Deux affirmations contradictoires en même temps.

Selon des médias comme le Daily mail tout serait parti d’un ensemble de documents fuités. Et les mercenaires russes sont déjà sur place : « Une série de documents classifiés divulgués cette semaine a révélé qu’un groupe de mercenaires russes opère en Haïti, au nez et à la barbe des États-Unis. »

Cette phrase relayée dans la presse trouve son écho du fait que le groupe paramilitaire dirigé par un certain Evguéni Prigojine, un homme d’affaire proche du président russe Vladimir V. Poutine de Russie est à présent engagé dans la guerre en Ukraine ( supportée par les États-Unis et l’Europe) et notamment sur le front de Bakhmut est considéré comme un groupe terroriste par les États-Unis. Alors ce serait un affront si le groupe venait à intervenir en Haïti, arrière cour de l’oncle Sam.

Mais pour le New York Times, ces mercenaires, s’agissant notamment d’anciens prisonniers qui sont payés pour faire la guerre, « envisagent de s’implanter dans le pays ». Selon des documents du Pentagone, l’équivalent du ministère américain des armées, qu’il cite, le « groupe mercenaire Wagner reste une force puissante, avec une influence non seulement en Ukraine, mais dans le monde entier. Il travaille activement à contrecarrer les intérêts américains en Afrique et a envisagé de s’implanter en Haïti, juste sous le nez des États-Unis, en proposant d’aider le gouvernement en difficulté de ce pays à s’attaquer aux gangs violents ».

Les informations des deux médias sont contradictoires dans la mesure où l’un dit que le groupe y est déjà et l’autre indique qu’il envisage de venir.

Actuellement, Haiti fait face à un sérieux problème d’insécurité impliquant les gangs armés qui imposent leurs lois et terrorisent la population. Les appels du gouvernement auprès de la communauté internationale pour constituer une force d”intervention internationale afin d’aider la PNH à faire face à la terreur des gangs criminels sont soldés par des échecs.

L’ONU n’a pas les moyens d’intervenir. Le Canada et les États-Unis fait savoir qu’il ne comptent pas envoyer des hommes en Haïti mais vont continuer à supporter la police nationale pour inverser la situation.

Mais à date, aucune victoire significative de la police nationale contre les gangs armés n’a été enregistrée. Au contraire, près d’une vingtaine de policiers ont été assassinés depuis le début de l’année. Des territoires qui étaient aux mains des bandits le sont toujours.

Alors où sont passés les mercenaires du groupe paramilitaire Wagner ? Sont-ils présents pour apporter des conseils, faire de la formation, ou accompagner les agents de l’ordre sur le terrain? S’ils étaient au chevet de la PNH n’aurions nous pas déjà ressenti l’effet de leur engagement sur le terrain ?

Le New York Times a indiqué que de hauts responsables américains ont déclaré que le FBI s’efforçait de déterminer la source de la fuite. « Les fonctionnaires ont reconnu, poursuit le journal américain, que les documents semblaient être des notes de renseignement et opérationnelles légitimes compilées par l’état-major interarmées du Pentagone, sur la base de rapports de la communauté du renseignement du gouvernement, mais qu’au moins l’un d’entre eux avait été modifié par rapport à l’original à un moment ultérieur. »

Alors pour l’instant, ces informations véhiculées sur la base de notes des services de renseignements n’affirment aucune présence de Wagner dans les Amériques, en Haïti plus précisément pour combler le vide qu’aurait laissé les américains dans cet impérieux combat contre les gangs. La réalité aussi en est tout autre.

Et, ces notes en question ne font aucune mention de l’invitation qui aurait été faite par le gouvernement alors que c’est le cas en Centre Afrique ou au Mali et dans les 22 autres pays du continent africain où les mercenaires seraient présents. Alors qui, à part le gouvernement haïtien, pourrait faire appel à Wagner?

Des mercenaires russes du groupe Wagner sont-ils en Haïti ou envisagent-ils d’y venir pour combattre les gangs?

En savoir plus:

RD: plusieurs dizaines de propiétaires dont des Haïtiens perdent leur maison à cause du mur anti-immigration à la frontière

Lot atik