Emmanuel Macron évoque un « processus de décivilisation » à la suite de violences à l’égard d’élus et d’agents publics

2 minutes, 35 seconds Read

Emmanuel Macron a assimilé en conseil des ministres, mercredi 24 mai, tout fait de violences, « quelle que soit la cause », à un « processus de décivilisation ». La prise de parole du chef de l’Etat, publiée par Le Parisien et confirmée par d’autres sources au Monde, fait écho à plusieurs événements survenus ces dernières semaines, dont la mort d’une infirmière attaquée au couteau par un patient au CHU de Reims, la mort de trois policiers tués dans un accident dans le Nord causé par un conducteur alcoolisé et drogué, ainsi que la démission du maire de Saint-Brevin-les-Pins, en Loire-Atlantique, après l’incendie de son domicile.

« Il faut être intraitable sur le fond. Aucune violence n’est légitime, qu’elle soit verbale ou contre les personnes. Il faut travailler en profondeur pour contrer ce processus de décivilisation », a déclaré le président de la République, selon cette source. Cette expression se veut une « interpellation de la société » sur elle-même, parce que « le politique n’est pas le seul responsable », a expliqué en outre un proche du chef de l’Etat cité par Le Parisien.

Même si les violences, contre des élus ou des agents publics, ne sont pas toujours de même nature, Emmanuel Macron a souligné qu’il n’y avait « pas de violence qui soit justifiable, jamais, dans une société, quelle que soit la cause ». Une minute de silence, en présence à Paris de la première ministre, Elisabeth Borne, a été observée dans tous les hôpitaux de France en mémoire de Carène Mezino, l’infirmière tuée à Reims par un homme souffrant de troubles psychiatriques.

Hommage jeudi aux trois policiers morts à Roubaix

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, s’est lui inquiété de l’absence de « restriction, capacité à respecter celui ou celle qui sauve la vie des gens et de soi ». « Interrogeons-nous sur une société au sein de laquelle les gens qui soignent, qui prennent soin, les gens qui portent la blouse, les gens qui consacrent leurs journées, leurs nuits à préserver la santé des autres se voient menacés. Il n’y a même plus cette limite, cette restriction, capacité à respecter celui ou celle qui sauve la vie des gens et de soi », a déclaré M. Véran devant la presse à l’issue du conseil des ministres.

Emmanuel Macron doit pour sa part se rendre jeudi à Roubaix, dans le Nord, pour rendre hommage à trois jeunes policiers tués dans une collision dimanche avec un véhicule dont le conducteur était fortement alcoolisé et drogué. Des partis de gauche ont appelé de leur côté à un grand rassemblement mercredi à Saint-Brevin-les-Pins pour soutenir le maire démissionnaire de cette commune de Loire-Atlantique, devenu le symbole des élus locaux victimes de violences.

Le Monde avec AFP

The post Emmanuel Macron évoque un « processus de décivilisation » à la suite de violences à l’égard d’élus et d’agents publics appeared first on Haiti24.

Lot atik