En Israël, violente intervention de la police dans la mosquée Al-Aqsa

3 minutes, 3 seconds Read

Selon un scénario déjà éprouvé, une action de la police israélienne s’est traduite en plein ramadan par des images de violence au cœur de la mosquée Al-Aqsa, le troisième lieu saint de l’islam, dont l’écho gagne tout le monde musulman. Ces vidéos amateur, diffusées par des Palestiniens, montrent des policiers pénétrant à l’intérieur de la mosquée dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5 avril, progressant entre les piliers millénaires, en dépit d’un barrage de feux d’artifice, et frappant des jeunes à coups de crosse et de bâton. Une des vidéos dévoile que des « émeutiers » ont été capturés, selon les termes de la police, allongés au sol les uns contre les autres, les mains liées derrière le dos par un bracelet de plastique.

Ces hommes veillaient dans le lieu saint depuis mardi soir, suivant la tradition religieuse. La police affirme n’avoir donné l’assaut qu’après avoir longtemps parlementé et constaté que certains se barricadaient à l’intérieur, armés de feux d’artifice et de pierres. Elle a arrêté quelque 350 personnes.

Une partie de ces jeunes suit la même tactique depuis 2021 : ils cherchent à transformer la mosquée en forteresse et incitent les fidèles à « défendre » l’esplanade des Mosquées contre une provocation menée par des juifs messianiques qui promettent d’y égorger un agneau. Cela, dans le but de célébrer le premier jour de la Pâque juive. Ce groupe milite pour la reconstruction du Temple d’Hérode (détruit au Ier siècle par Rome) sur ce mont qui domine la Vieille Ville de Jérusalem, sur le site du sacrifice d’Abraham, lieu le plus saint du judaïsme, à la place des mosquées construites dès le VIIe siècle.

Leur tentative de provocation, répétée chaque année, a très peu de chances d’aboutir. Mais elle suscite des réactions exacerbées parmi les Palestiniens, dans un contexte où le nouveau gouvernement de Benyamin Nétanyahou fait depuis décembre 2022 la part belle à l’extrême droite messianique et assume une politique conquérante dans les territoires occupés. Le ministre de la sécurité nationale, le suprémaciste Itamar Ben Gvir, soutient de longue date le « mouvement du troisième temple ».

Prières illégales

Depuis près de dix ans, sous tous les gouvernements israéliens, la police protège les prières illégales de ces radicaux sur l’esplanade, auxquelles ils s’adonnent en groupe et à haute voix. La police a arrêté dès lundi un meneur de cette mouvance, Rafael Morris, et s’employait mercredi à empêcher ses sympathisants d’atteindre l’esplanade.

Dans la nuit, deux salves de roquettes ont été tirées de Gaza en représailles, suscitant des frappes aériennes israéliennes. Le Hamas avait prévenu qu’il ne laisserait pas se dérouler cette provocation. Le mouvement islamiste appelle les fidèles à défendre les lieux saints et les habitants de Gaza à manifester aux frontières de l’enclave sous blocus israélien. Des attaques ont par ailleurs été revendiquées par les Lions de Naplouse, des insurgés très populaires en Cisjordanie.

Il vous reste 51.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

The post En Israël, violente intervention de la police dans la mosquée Al-Aqsa appeared first on Haiti24.

Lot atik