Haïti : 28 novembre, une triste mémoire

2 minutes, 13 seconds Read
Haïti : 28 novembre, une triste mémoire

La date du 28 novembre réveille de tristes mémoires dans les annales des événements socio-politiques en Haïti. D’abord, en 1980, le régime de Jean Claude Duvalier a emprisonné plusieurs journalistes, leaders politiques, syndicalistes, intellectuels, professionnels et étudiants. Ensuite, en 1985, trois écoliers ont été assassinés aux Gonaïves. Vant Bèf Info (VB) revient sur ces deux tranches tristes de l’histoire Haïtienne.

Port-au-Prince, le 28 novembre 2022.- Parmi les multiples événements bouleversants qui ont marqué l’histoire d’Haïti, la date du 28 novembre en rappelle deux. Les 28 novembre 1980 et 28 novembre 1985, le peuple haïtien s’en souvienne encore !
En effet, ce lundi 28 novembre 2022 ramène le 42ème anniversaire de la rafle du vendredi 28 novembre 1980, orchestrée par l’Administration de l’ancien Président à vie Jean Claude Duvalier. Sous les ordres du régime de Papa Doc, plusieurs journalistes, leaders politiques, syndicalistes, intellectuels, professionnels et étudiants ont été arrêtés.
Parmi les victimes de ce vendredi noir, on peut citer : les journaliste Anthony Pascal dit ‘’Konpè Filo’’ Jacques Price Jean, tous deux de regrettés de mémoire; Lilianne Pierre Paul, Michèle Montas, Harold Isaac, Marvel Dandin, Marcus Garcia, Elsie Ethéart, Jean Robert Hérard, Pierre Clitandre, Dr Nicole Magloire et le sociologue Jean Jacques Honorat.
Par ailleurs, le président de l’Association Nationale des Médias Haïtiens (ANMH) s’est exprimé autour de cette page d’histoire. Jacques Sampeur, intervenant sur une station de la capitale, ce lundi, a salué le courage des journalistes Haïtiens dans la lutte constante pour la liberté de la presse. ‘’Un combat qui doit se poursuivre’’, a-t-il fait savoir.

‘’L’acte du 28 novembre 1980 traduit la situation d’un pouvoir essoufflé et à court d’arguments aux bouillonnements d’idées, aux questions, revendications et problématiques répercutés dans certains médias’’, a renchéri le journaliste et patron de média.

  • Le 28 novembre 1985, une autre date macabre

Par surcroît, un autre 28 novembre allait transpercer le cœur des Haïtiens. Les serviles de Papa Doc surnommés ‘’Tontons Macoutes’’ ont assassiné trois écoliers. Il s’agit de Jean Robert Cius, Mackenson Michel et Daniel Israël. Ces meurtres ont été perpétrés dans la ville des Gonaïves, département de l’Artibonite, en plein mouvement social contre le régime Duvaliériste.
Des manifestations populaires allaient culminer dans tout le pays conduisant au départ de Jean Claude Duvalier le 7 février 1986.

Vant Bèf Info (VBI)

L’article Haïti : 28 novembre, une triste mémoire est apparu en premier sur Vant Bèf Info (VBI). Vant Bèf Info (VBI) –

Lot atik