Indexé par l’ULCC dans le détournement de 124 millions de gourdes, Patrick NORAMÉ, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international

2 minutes, 42 seconds Read
Indexé par l’ULCC dans le détournement de 124 millions de gourdes, Patrick NORAMÉ, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international

Indexé par l’ULCC dans le détournement de 124, 355, 146.00 gourdes, Patrick NORAMÉ fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Le dossier de corruption impliquant notamment Patrick NORAMÉ, ancien Directeur Général du Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD) qui était soumis au juge d’instruction Jean Wilner Morin a évolué. Selon une source digne de confiance, le Commissaire du gouvernement du tribunal de première instance de Port-au-Prince, Jacques Lafontant, après avoir reçu l’ordonnance de renvoi du juge, a demandé à la direction centrale de la police judiciaire de soumettre à Interpol un mandat d’arrêt international contre Patrick Noramé indexé par l’ULCC dans le détournement de 124 millions de gourdes alors qu’il était en poste.

En effet, l’enquête de l’ULCC ouverte, en janvier 2017, sur demande, de l’ancien sénateur Richard Lénine Hervé FOURCAND, lui-même sanctionné en 2022 pour corruption, trafic de drogue et support aux gangs par le Canada et les Etats-Unis, concernant la gestion d’un stock de riz reçu du Japon et monétisé par le Bureau de Monétisation des Programmes d’Aide au Développement (BMPAD) en décembre 2016, avait “mis en évidence des pertes énormes au détriment de l’État et la perpétration d’actes de corruption par des employés du BMPAD impliqués dans le processus de monétisation.”

En tout, révèle l’enquête, l’État a perdu un montant de cent vingt-quatre millions trois cent cinquante-cinq mille cent quarante-six (124, 355, 146.00) gourdes sur la vente du riz japonais/KR 2015. Et ce, sans compter la perte des quatre cent cinq mille (405, 000.00) gourdes liées aux sacs de riz disparus dès le débarquement. Aussi, précise l’ULCC, un montant de huit cent cinquante mille (850 000.00) gourdes a été détourné directement par M. Patrick NORAMÉ, Directeur Général du BMPAD dans le cadre de la vente du riz « 10 sur 10 Plus » avec la complicité de Mme Eveline Chéry DELIMA et de sa fille Johanne Dessalines CHERY, ex-responsable de passation des marchés publics au BMPAD.

Par ailleurs, l’ULCC avait relevé que trois (3) dépôts totalisant un montant de l’ordre de huit cent cinquante mille (850, 000.00) gourdes qui ont été effectués par la commerçante indépendante, Mme Chéry Eveline DELIMA sur un compte appartenant à PJMEX, domicilié à la BNC, pour le paiement des achats de riz provenant du BMPAD. Or, ces dépôts devraient normalement être effectués directement sur le compte # 1660020827 au nom de « Monétisation KR- 2015 ».

Cet organisme avait également demandé à Ralph CAZE‚ Patrick NORAMÉ, Eveline CHERY DELIMA‚ Johanne Dessalines CHERY‚ Nadège RIGUEUR et Dieusibon VOLSAN, les entreprises et institutions suivantes : KAY CLAUDY S.A , O ‘Bon Prix Distribution, le Ministère de l’Economie et des Finances, PJMEX, DJ’S INTERNATIONAL S.A, LJD PROVISIONS ALIMENTAIRES, LIORA FOOD S.A de payer à l’Etat la somme de cent vingt-quatre millions trois cent cinquante-cinq mille cent quarante-six gourdes en question. Pour l’instant aucune des personnes indexée n’a encore été jugée.

En savoir plus:

Le taux de référence calculé par la BRH pour ce mardi 28 Mars 2023

Lot atik