Jamaïque : le rendez-vous de la honte

Jamaïque : le rendez-vous de la honte

5 minutes, 21 seconds Read
Jamaïque : le rendez-vous de la honte

Jamaïque : le rendez-vous de la honte
Haiti Liberte

Après tout ce qui s’est passé dans le pays, la classe politique, sous les diktats des puissances impérialistes ont tout démantelé, saccagé toutes les institutions jusqu’à barbouiller le visage même de la Nation, continue de rouler le peuple dans toutes sortes de farine avariée ; et pour s’en moquer, au début de cette année, le président américain Joe Biden propose lui-même comme alternative d’un faux bienfaiteur : un programme d’équilibriste sur l’immigration parrainé financièrement par une personne vivant déjà aux États-Unis.

Aujourd’hui, au lieu de se solidariser avec le réveil populaire en cours, les pays impérialistes préfèrent concocter toute sorte d’alternatives crapuleuses, indignes pour barrer la route au peuple, pour l’empêcher de sortir de sa calamité. C’est ainsi qu’il prépare une autre forme d’humiliation pour Haïti.

Cette humiliation est le rendez-vous où, sous la couverture de la Conférence des chefs de gouvernement de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), les experts au service des impérialistes invitent les dirigeants fantoches, les marionnettes de la classe politique haïtienne à une quelconque rencontre à la Jamaïque du 11 au 13 juin 2023 prochain.

La Communauté des Caraïbes (ou Marché commun des Caraïbes) est créée le 4 juillet 1973. Le bâtiment de la Caricom à Georgetown (Guyana).

Ce rendez-vous illustre combien les États-Unis, le Canada et la France, sans parler de certains pays collabos comme la République dominicaine, qui aux conseils de sécurité des Nations Unies, font feu de tout bois pour avancer le projet d’occupation d’Haïti pour avilir davantage le symbolisme historique que représente le pays de Dessalines en tant que berceau de la révolution antiesclavagiste et anticolonialiste qui avait changé l’histoire de l’humanité.

Tout cela est dans l’unique dessein de jouer un rôle mesquin à savoir participer avec leur soldat à notre mise sous tutelle militairement. La Jamaïque en maintes fois, a montré combien elle est prête à prêter main forte aux impérialistes, n’en parlons pas de la république voisine : La république dominicaine !

Les caméléons politiques haïtiens se préparent pour le rendez –vous de la Caricom à la Jamaïque

Le plus triste est que, pour les soi-disant dirigeants haïtiens invités à cette mascarade, c’est un grand honneur. N’est-il pas important de préciser que tous ces individus placés au poste de dirigeant de l’Etat haïtien n’ont aucune légitimité populaire ni constitutionnelle. Ils ont été tout simplement imposés par les nouveaux colons, représentés par les diplomates du Core Group. Ces dirigeants et ceux qui se mettent en réserves pour les remplacer ont été postés pour être utilisés au moment opportun contre le peuple et le pays en général.

Vélina Élysée Charlier de Nou Pap Dòmi

Les caméléons politiques haïtiens convoqués par les puissances impérialistes sous couverture de la Caricom, dans leur majorité sont des insignifiants. Il s’agit du Premier ministre de facto Ariel Henry, Myrlande Manigat du HCT, Me André Michel du SDP et Accord 21 décembre, Ted St Dic de l’Accord Montana, Emmanuel Ménard de Force Louverturienne, Evalliere Beauplan, Dr. Maryse Narcisse de Fanmi Lavalas, Edgar Leblanc de l’OPL, Jerry Tardieu de En Avant, Line Balthazar du PHTK, Sorel Jacinthe de la plateforme Inité, Clarens Renois de Unir, Claude Joseph de EDE, Jean Hector Anacacis de LAPEH, Jean André Victor, Jean-Charles Moise de Pitit Desalin, Pierre Espérance du RNDDH, Gédéon Jean du CARDH, Vélina Élysée Charlier de Nou Pap Dòmi.

Font aussi partie du troupeau de caméléons les recteurs Jacky Lumarque, Fritz Deshommes; Rosny Desroches, Novia Augustin, Daniele Magloire, Marie Bernadine Jeudy, Camille Chalmers, Chavannes Jean-Baptiste, Josué Merilien; Wilhelm Lemke, de l’Association des Industries Haïtiennes (ADIH), Laurent Saint-Cyr de la Chambre de Commerce et d’Industrie, pasteur Frinel Joseph, père François et Houngan Acacia.

De gauche à droite : Moise Jean-Charles de Pitit Desalin et Line Balthazar du PHTK

La honte dans tout cela est que pour leur apprendre à gérer leur différend et constituer un certain projet d’ensemble, trois questions fondamentales seront posées aux élèves, c’est-à-dire les laquais haïtiens: Quelles sont les mesures de gouvernance provisoires nécessaires à l’approche des élections générales pour restaurer la confiance dans la transition et garantir que le gouvernement puisse tenir ses engagements ? Comment parvenir à des élections générales crédibles pour choisir un gouvernement légitime et représentatif du peuple haïtien ? Quelles réformes fondamentales sont nécessaires pour garantir que la crise actuelle ne se répète plus?

Ted St Dic de l’Accord Montana

Pour assurer la médiation entre ces hommes et femmes dépourvus de conscience nationale, trois anciens premiers ministres de la région : Perry Christie (Bahamas), Bruce Golding (Jamaïque) et Dr Kenny Anthony (Sainte-Lucie) ont été engagés comme arbitre ou censeurs de discipline pour éviter tout dérapage. Cette initiative est une autre façon de calmer l’animosité existant entre ces laquais et de les préparer contre un potentiel danger à savoir : l’organisation des comités d’autodéfense dans les différents quartiers populaires.

Cette tentative de rassembler tout ce qui se ressemble n’entre-t-elle pas dans la stratégie des puissances tutrices. Car leur objectif principal sera de contenir le mouvement de la population et de préserver le statu quo en vue d’essayer de reprendre le contrôle de la situation de façon à renforcer le camp des politiciens corrompus, chiens de garde du système dont la majorité sont des candidats à la présidence qui ne sont pas pour la rupture totale avec le système capitaliste. Il s’agirait également de les unir, de sorte qu’ils accordent leur violon pour parer contre toute éventuelle confrontation avec les masses populaires, car le mouvement Bwa kale en cours est le signal d’un véritable éclatement populaire en gestation.

Honte aux laquais de l’impérialisme !

The post Jamaïque : le rendez-vous de la honte appeared first on Haiti Liberte written by Isabelle Papillon.

Lot atik