La politique d’immigration raciste d’Abinader viole les lois et la Constitution

9 minutes, 14 seconds Read
La politique d’immigration raciste d’Abinader viole les lois et la Constitution

La politique d’immigration raciste d’Abinader viole les lois et la Constitution
Haiti Liberte

Le ministère dominicain des Affaires étrangères a publié un communiqué le 30 juin 2023 dans lequel il défend les déportations massives qu’il applique contre la communauté immigrée haïtienne. En réponse à l’appel de l’expert indépendant de l’ONU William O’Neill à respecter les traités et pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme, la déclaration a déclaré que « la situation intérieure (d’Haïti) ne sera jamais un obstacle à la pleine application de la législation dominicaine ». En réalité, cette politique d’immigration viole systématiquement la Constitution et les lois dominicaines.

La déclaration du ministère des Affaires étrangères fait écho à la théorie du complot d’extrême droite selon laquelle l’ONU promeut l’émigration irrégulière haïtienne « comme une solution à la souffrance de ce peuple ». Le président Abinader a réitéré le contenu de la déclaration dans un discours ultérieur. Cette réaction rappelait ce qui s’était passé en novembre 2022, lorsque le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, recommandait d’arrêter les déportations d’Haïtiens et de « prévenir la xénophobie, la discrimination et les formes d’intolérance associées fondées sur l’origine nationale, raciale ou ethnique ». Le président Abinader a répondu que cette politique allait non seulement se poursuivre mais qu’elle allait « s’intensifier ». Et c’est arrivé.

Le président dominicain Luis Abinader

O’Neill, comme le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et le président Abinader lui-même, appelle à l’occupation militaire étrangère d’Haïti, ce que nous rejetons catégoriquement. L’ONU est co-responsable de la crise politique, économique et sociale en Haïti, en raison de son rôle dans l’occupation militaire de la MINUSTAH entre 2004 et 2017. L’intervention du Core Group dirigé par les États-Unis, qui se poursuit à ce jour, a également été désastreuse et a été le principal soutien du gouvernement mafieux d’Ariel Henry. Le droit à l’autodétermination du peuple haïtien doit être respecté.

Violations de la Constitution et des lois dominicaines

Contrairement à ce qu’affirme le ministère des Affaires étrangères, le régime n’applique pas “pleinement” la législation dominicaine, il la viole tous les jours et à toute heure.

Les processus de détention massive d’immigrants haïtiens s’étendent fréquemment aux Dominicains d’origine haïtienne et à d’autres Dominicains noirs en raison de l’utilisation systématique du profilage racial. Cette méthode viole le principe juridique de la présomption d’innocence, ainsi que l’article 39 constitutionnel sur le droit à l’égalité et à la non-discrimination. L’article 46 interdit l’expulsion des Dominicains du territoire national, sauf pour les procédures d’extradition, ce qui souligne l’illégalité de la détention des migrants dominicains d’origine haïtienne. Les meurtres d’immigrés par des agents de la police, de l’armée et de la Direction générale des migrations (DGM) violent l’article 37 constitutionnel sur le droit à la vie, tandis que la torture, le viol et autres traitements dégradants violent l’article 42.

Nous exigeons la fin des déportations massives contre la communauté immigrée haïtienne

Les perquisitions sans mandat, que le PN, la DGM et les militaires effectuent quotidiennement, violent l’article 44 de la Constitution. La politique de la DGM consistant à déployer des agents cagoulés dans ses opérations sans identification visible viole l’article 40 de la Constitution.

Le règlement de la loi sur la migration 285-04 établit dans son article 134 que les mineurs, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes âgées et les demandeurs d’asile ne seront jamais détenus dans le cadre d’une procédure d’immigration. Des personnes présentant ces caractéristiques sont arrêtées chaque jour. Les personnes avec leurs documents d’immigration actuels sont également détenues.

D’autres crimes fréquemment commis par les autorités de l’immigration sont l’extorsion contre les proches des personnes détenues pour obtenir leur libération, ainsi que la destruction de documents et le vol d’argent, de téléphones portables, de moteurs et d’autres biens des immigrants haïtiens.

Le bureau du procureur général a été informé de ces crimes perpétrés quotidiennement par les autorités de l’immigration. Le 2 décembre 2022, la procureure générale, Miriam Germán, et la procureure adjointe, Yeni Berenice Reynoso, ont reçu une commission représentant des organisations sociales et de défense des droits de l’homme, qui ont exposé la gravité de ces crimes sans, jusqu’à présent, qu’une enquête n’ait été annoncée ou des mesures sont connues contre la DGM, le PN ou les militaires impliqués.

Violations du protocole binational de 1999

Le régime dominicain viole pratiquement dans sa totalité le protocole d’immigration signé par la République dominicaine et Haïti en 1999. Ledit protocole établit que les rapatriements ne doivent pas être effectués la nuit, le dimanche ou les jours fériés ; les parents et les enfants ne doivent pas être séparés; les rapatriements ne doivent être effectués que par quatre points frontaliers autorisés ; les documents personnels des rapatriés ne doivent pas être conservés et une copie du formulaire individuel de rapatriement doit être remise à chacun. Les autorités diplomatiques haïtiennes doivent recevoir à l’avance les listes des personnes en cours de rapatriement afin qu’elles puissent accéder à l’assistance consulaire. Rien de tout cela ne se réalise. L’État haïtien et ses représentants diplomatiques ont gardé un silence complice face à ces manquements.

Direction générale des migrations de la République Dominicaine

Le régime dirigé par Abinader ne peut pas fournir les listes des personnes qu’il a expulsées car le désordre et la corruption sont tels qu’on ne sait même pas combien d’expulsions il a effectuées. Dans son allocution du 27 février 2023, Abinader a affirmé que 171 000 haïtiens avaient été expulsés au cours de l’année 2022. De son côté, la Direction générale des migrations (DGM) a assuré le 30 décembre 2022 avoir expulsé 154 333 personnes au cours de cette année. Mais selon le communiqué précité du ministère des Affaires étrangères du 30 juin 2023, en 2022 il y a eu 120 900 déportations d’étrangers, « presque tous d’origine haïtienne ». Les écarts sont énormes, cela suffit à montrer que le régime manque d’un bilan fiable et véridique.

Une politique fondée sur la haine raciale

Le régime accuse constamment la communauté immigrée haïtienne d’être un « fardeau ». En réalité, il s’agit d’une communauté dont la grande majorité vit de son propre travail et souffre fréquemment d’une surexploitation du travail et du déni de ses droits, comme le droit à une pension pour les retraités de l’industrie sucrière, et le droit des travailleurs agricoles et de la construction aux contrats de travail et à l’assurance maladie. Le gouvernement diffuse une propagande haineuse contre les femmes enceintes haïtiennes, les accusant à tort de consommer une grande partie du budget de la santé publique, alors que l’incidence de leurs soins hospitaliers dans le budget de la santé est inférieure à 1% selon des calculs basés sur des chiffres fournis par des responsables de les administrations actuelles et passées.

La régularisation de l’immigration de la grande majorité de la communauté immigrée haïtienne reste bloquée. Selon le directeur de la DGM de l’époque, en mars 2022, seuls 31 000 haïtiens avaient une résidence légale dans le pays. Cette année, le directeur de l’Institut national des migrations a estimé la population immigrée haïtienne à environ 700 000 personnes. Si ces chiffres sont vrais, seulement 5% des immigrants haïtiens auraient la résidence légale. Au lieu de prendre des mesures pour faciliter leur régularisation, une persécution violente est lancée. Simultanément, entre 2021 et 2023, quelque 42 000 Vénézuéliens ont été régularisés grâce à un plan spécial, sur les quelque 116 000 qui vivent en République dominicaine.

Les mêmes critères racistes sont appliqués au droit des immigrés d’exercer des activités publiques. Lorsque des pasteurs évangéliques dominicains et haïtiens ont appelé à une marche pour la paix et la sécurité en Haïti pour le dimanche 9 juillet 2023, des organisations néo-fascistes ont menacé de l’attaquer et ont demandé au gouvernement de l’interdire. Le gouvernement a rapidement interdit la marche au motif qu’elle menaçait l’ordre public, un mensonge évident. Aucune mesure n’a été prise contre les néo-nazis pour leurs menaces de mort, la véritable menace à l’ordre public. Comparez cette disposition autoritaire avec la permissivité envers les personnes d’autres nationalités lorsqu’elles organisent des marches, comme la mobilisation du peuple ukrainien en février 2022 à Las Terrenas, en refus de l’invasion impérialiste russe contre l’Ukraine, la manifestation de janvier 2019 de la diaspora vénézuélienne en Saint-Domingue, et les manifestations de juillet 2021 et mars 2023 des immigrés cubains, parmi tant d’autres.

Nous défendons le droit de tous les immigrés à se mobiliser, à défendre leurs droits et à s’exprimer librement, quelle que soit leur nationalité et sans limites racistes.

Nous exigeons la fin des déportations massives contre la communauté immigrée haïtienne, de l’extorsion, du vol, des mauvais traitements, de la détention dans des centres surpeuplés et insalubres, de la séparation des nourrissons de leurs familles, des perquisitions sans mandat, du profilage racial et de la détention des femmes enceintes et allaitantes. Un plan de régularisation devrait être appliqué comme celui adressé à la communauté vénézuélienne, mais pour tous les immigrés sans discrimination raciale.

En bref, nous exigeons que le gouvernement dominicain cesse de violer les lois dominicaines, la Constitution, les protocoles binationaux, les traités et pactes internationaux, et surtout, qu’il ne commette pas le crime contre l’humanité de discrimination raciale systématique, l’apartheid. Les autorités doivent savoir que ce crime ne prescrit jamais.

Les Organisations signataires sont

Colectivo HaitianosRD

Movimiento Socialista de Trabajadoras y Trabajadores (MST)

Movimiento Reconocido

Movimiento Caamañista

Fundación Código Humano

La Ceiba

MOSCTHA

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine 15 Juillet 2023

 

The post La politique d’immigration raciste d’Abinader viole les lois et la Constitution first appeared on Haiti Liberte.

The post La politique d’immigration raciste d’Abinader viole les lois et la Constitution appeared first on Haiti Liberte written by La voix des travailleurs.

Lot atik