Le MENFP lance une maîtrise en Gestion des risques et désastres à l’UPSAC.

3 minutes, 33 seconds Read

Le MENFP a lancé un programme de maîtrise en gestion des risques et désastres à l’Université Publique du Sud aux Cayes.

“Il est temps d’arrêter de compter nos blessés et nos morts lors des désastres, il est maintenant venu le temps de donner de la vie aux vivants” a déclaré le ministre Nesmy Manigat à l’Université publique du Sud aux Cayes en lançant le premier programme de formation universitaire en gestion des risques et désastres (GRD) en Haïti. Cet évènement s’est déroulé au premier jour de cette saison cyclonique, 1er juin 2023, en présence des recteurs des Universités Publiques en Région (UPR) du Sud et de l’Université Quisqueya. Cette formation universitaire s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sectoriel de Réduction de Vulnérabilité aux Désastres dans le secteur de l’Éducation.

Le ministre Manigat a fait savoir que ce programme de maîtrise viendra renforcer la transformation du curriculum, notamment l’enseignement des sciences expérimentales dès le préscolaire, la série “Science Vie et Terre” du nouveau secondaire, ainsi que le cours transversal d’Éducation à la citoyenneté et au développement durable.

Le directeur départemental d’éducation du Sud, Jean-Sylvain Désir a souligné que la création de cette maîtrise montre la volonté du ministère de faire des universités publiques, l’UPSAC en tête, des outils efficaces au service du développement des régions. Connecter chaque jour davantage l’UPSAC à la réalité du département du sud et préparer les jeunes à faire face aux défis actuels et émergents constituent, à cet effet, plus qu’un engagement, un leitmotiv qui nous pousse à œuvrer pour l’amélioration et la diversification de l’offre, a-t-il poursuivi.

Abondant dans le même sens, Jacky Lumarque, a également déclaré que le programme de maîtrise en Gestion des Risques et Désastres de l’UPSAC est une innovation et une première du monde universitaire haïtien lors de son intervention en la circonstance. Le recteur Lumarque a mis en valeur la longue histoire de coopération scientifique entre les UPR et l’Université Quisqueya, tout en insistant sur l’importance des services à la communauté pour que les universités cessent d’être perçues comme une entité vivant dans une bulle, coupées des besoins de la population.

Dans ses propos de circonstance, Edouard Jules le recteur de l’Université Publique du Sud aux Cayes, dit avoir répondu à l’appel du ministre Manigat du 15 février 2022, lors d’un atelier sur la stratégie d’intégration de la gestion des risques et désastres dans le curriculum de l’école haïtienne. Présentant les détails du programme de maîtrise en GRD, le recteur a justifié sa pertinence en exposant le niveau de vulnérabilité du grand Sud. « On peut se limiter aux constats des deux dernières décennies allant de 2000 à 2021.

Le MENFP lance une maîtrise en Gestion des risques et désastres à l’UPSAC.

Durant cette période, la région Sud d’Haïti a enregistré deux grands tremblements de terre, dont le premier le 12 janvier 2010 et le second le 14 août 2021. Les deux événements ont surtout frappé les villes de l’arrondissement des Cayes. Les impacts, à des degrés divers, ont été enregistrés dans différentes communes adjacentes. A ces occasions, les capacités des communautés de tout le pays ont été dépassées.

Il a fallu solliciter l’assistance internationale à la fois pour le côté technique et pour ce qui concerne l’octroi de secours et de subsistance à la majorité des populations touchées ». Zéro mort, zéro dégât, doit être notre objectif pour le département du Sud pendant cette saison cyclonique a-t-il conclu.

Un volet devra être consacré à la sensibilisation à la Gestion des Risques et Désastres pour les parents d’élèves, à qui nous renouvelons nos profondes gratitudes pour leur sacrifice en faveur de la scolarisation de leurs enfants, en ce premier juin, également journée mondiale des parents, a conclu le ministre Nesmy Manigat.

En savoir plus:

Un ancien éboueur décroche son diplôme de droit à l’université Harvard

Lot atik