Menaces sur Clergerie, l’un des derniers fabricants français de chaussures, placé en redressement judiciaire

Menaces sur Clergerie, l’un des derniers fabricants français de chaussures, placé en redressement judiciaire

2 minutes, 30 seconds Read

C’est un nouveau coup dur pour l’industrie française de la chaussure. Le tribunal de commerce de Paris a placé en redressement judiciaire Clergerie, fabricant installé à Romans-sur-Isère (Drôme), mercredi 29 mars. L’échec d’une « procédure de conciliation ouverte pour trouver des solutions in bonis » entre ses actionnaires et créanciers et améliorer sa trésorerie a fait basculer l’entreprise en redressement judiciaire, souligne Dominique Bernard, manageur de transition et conseil du fonds Mirabaud Patrimoine Vivant, actionnaire, depuis 2020, de Clergerie par le truchement de French Legacy Group.

Sans vouloir préciser le montant du passif exigible, l’état de la trésorerie ou le niveau des pertes de la PME romanaise, ce spécialiste de la restructuration d’entreprises explique que la marque, déficitaire depuis plusieurs années, a été confrontée à des « revers » lors de sa relance par ses nouveaux actionnaires.

Depuis 2020, ses ventes à l’export ont été grevées par la crise due au Covid-19, notamment en Chine. Plus récemment, la guerre en Ukraine a freiné « l’afflux de touristes dans ses boutiques » (treize, dont six en France) et renchéri les coûts de fabrication dans son usine historique du centre-ville de Romans-sur-Isère. La vente de ses murs, en crédit-bail, dont Dominique Bernard dit « ne connaître ni le montant de cession ni le bénéficiaire », « n’a pas suffi » à améliorer la trésorerie. A l’en croire, le chiffre d’affaires s’est toutefois maintenu à 20 millions d’euros.

Passage sous pavillon chinois

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise fondée en 1981 traverse une passe difficile. En 2011, par l’intermédiaire de First Heritage Brands (FHB), le fonds chinois Fung Capital, qui a détenu la marque Sonia Rykiel de 2012 jusqu’à sa liquidation, en juillet 2019, avait repris Clergerie à son fondateur, Robert Clergerie.

La PME connaissait alors de grandes difficultés financières, au grand désespoir de tous ceux qui s’inquiétaient de voir ce fleuron de la chaussure française passer sous pavillon chinois. Neuf ans plus tard, en 2020, lors de sa cession à Mirabaud Patrimoine Vivant, Jean-Marc Loubier, PDG de FHB, assurait, dans un communiqué, que l’entreprise présentait une « situation financière saine ».

Le fonds Mirabaud Patrimoine Vivant, créé en 2018 par Renaud Dutreil, ancien ministre chargé des PME et ex-dirigeant de la filiale américaine de LVMH à New York, s’est alors porté acquéreur. Depuis, la marque de souliers est gérée par sa filiale, French Legacy Group, et présidée par Jérôme Espinos, l’un de ses cofondateurs.

Il vous reste 48.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

The post Menaces sur Clergerie, l’un des derniers fabricants français de chaussures, placé en redressement judiciaire appeared first on Haiti24.

Lot atik