Open d’Australie : à la découverte de Sebastian Korda, le tombeur de Daniil Medvedev

2 minutes, 56 seconds Read

À Melbourne, Sebastian Korda, 22 ans, se fait un prénom.

Finaliste des deux dernières éditions, et numéro 1 mondial une grande partie de l’année 2022, Daniil Medvedev est tombé de haut vendredi en subissant la loi de l’Américain Sebastian Korda au 3e tour, 7-6 (9/7), 6-3, 7-6 (7/4). Plus tranchant que le Russe, le joueur de 22 ans, auteur de 50 coups gagnants (contre 28 pour Medvedev), a fait le spectacle sur la Rod Laver Arena. Le 31e mondial s’offre l’une des plus belles victoires de sa jeune carrière. «Je suis resté fidèle au plan de jeu que j’avais, a-t-il savouré. J’ai pensé positivement pendant toute la rencontre. Peu importe ce qu’il se passait, j’ai continué d’aller de l’avant. Je n’ai vraiment pensé à rien, pendant tout le match. Je me suis simplement concentré sur le fait de n’avoir aucune pensée négative. C’est mon nouvel objectif.»

Il avait également battu Carlos Alcaraz sur terre battue au premier tour de Monte-Carlo, la saison dernière. Korda est un Américain qui aime bien l’ocre. C’est d’ailleurs à l’ATP 250 de Parme, disputé sur terre, qu’il a remporté son seul titre sur le grand circuit, en mai 2021. Et ce grand gabarit (1,96 m) s’était révélé en atteignant les 8es de finale à Roland-Garros en automne 2020, stoppé logiquement par le patron des lieux, Rafael Nadal, son idole absolue. Korda ayant d’ailleurs appelé son chat… Rafa. Également 8e de finaliste à Wimbledon en 2021, il a l’opportunité dimanche de se hisser pour la première fois en quarts d’un Grand Chelem, s’il domine le Polonais Hubert Hurkacz. Il confirme sa forme éclatante en ce début d’année 2023. Il y a une semaine à Adelaide, il avait poussé l’ogre Novak Djokovic dans ses derniers retranchements avant de rendre les armes (6-7 (8), 7-6 (3), 6-4) après 3h11 de jeu. «J’ai toujours su, ou plutôt j’ai toujours entendu que je pouvais être un très bon joueur de tennis. Maintenant, j’essaie juste de m’entourer des bonnes personnes, de construire une équipe solide autour de moi pour continuer. Je sens que je grandis en tant que joueur et en tant que personne».

Je suis certainement le pire athlète de la famille jusqu’à présent .

Sebastian Korda

Le Floridien rêve de marcher dans les traces de son papa, Petr, lauréat à Melbourne en 1998, soit deux ans avant la naissance de Sebastian. « Mon père a été 2e mondial, ma mère 26e, ma sœur Nelly numéro 41 et ma sœur aînée 6e, donc je suis certainement le pire athlète de la famille jusqu’à présent », s’amuse-t-il. Avec ses dix victoires en tournoi, son père a marqué les années 1990, sa mère, Regina Kordova, a participé aux Jeux olympiques de Séoul en 1988 et ses deux sœurs brillent… en golf. Jessica est un très solide membre du top 20 mondial. Nelly, championne olympique, a été numéro 1 mondiale en 2021. Et les Korda sont très à l’aise en Australie. Nelly (24 ans) avait bouclé en février 2019 le « Korda Chelem », sacrée à son tour à l’Open d’Australie, sept ans après sa sœur, Jessica (29 ans). Sebastian, lui, s’était adjugé l’édition juniors tennis de l’Open d’Australie 2018. En attendant mieux ?

The post Open d’Australie : à la découverte de Sebastian Korda, le tombeur de Daniil Medvedev appeared first on Haiti24.

Lot atik