Pérou : après des manifestations meurtrières, le gouvernement tente de rassurer et affirme que le pays est « en bonne voie »

2 minutes, 43 seconds Read

Les autorités affirment avoir la situation en main au Pérou, où des manifestations et des affrontements ont fait au moins dix-neuf morts et 569 blessés, depuis la destitution et l’arrestation du président Pedro Castillo, le 7 décembre.

« Les informations que nous avons sont que les mesures que nous avons prises fonctionnent (…) La violence des personnes qui ont manifesté dans les rues diminue », a dit le premier ministre Pedro Angulo, dimanche 18 décembre, à la télévision.

Le ministre de l’économie Alex Contreras avait déclaré plus tôt dimanche sur une radio péruvienne que le pays était en « bonne voie » pour atténuer la crise déclenchée après la destitution du président Pedro Castillo.

« Nous allons rester ici, fermes »

La présidente Dina Boluarte refuse pour sa part de démissionner. « Que résoudrait ma démission ? Nous allons rester ici, fermes, jusqu’à ce que le Congrès se décide à avancer les élections (…) », a-t-elle déclaré, samedi, dans un message télévisé. L’ancienne vice-présidente a appelé à reconsidérer le vote du Parlement, qui s’était prononcé vendredi contre l’avancement des élections générales de 2026 à 2023.

Issue du même parti radical de gauche que Pedro Castillo, la nouvelle présidente a expliqué que si les forces armées descendaient dans la rue, « c’était pour protéger » les citoyens « parce que la situation devenait incontrôlable ». Elle a dénoncé la présence de « groupes violents » organisés.

Prière du pape François

Le pape François a prié dimanche lors de son Angélus place Saint-Pierre au Vatican « pour que cesse la violence dans le pays et qu’on emprunte le chemin du dialogue afin de surmonter la crise politique et sociale qui frappe la population ».

Les manifestants exigent la libération de Pedro Castillo, la démission de Dina Boluarte, la dissolution du Parlement et des élections générales immédiates.

Les protestations les plus intenses ont eu lieu dans la région andine du sud du Pérou, frappée par la pauvreté, où les revendications d’ordre social n’ont pas été satisfaites depuis longtemps.

200 touristes évacués

Quelque 200 touristes bloqués dans la célèbre région du Machu Picchu en raison des manifestations ont pu être évacués samedi, a constaté l’Agence France-Presse (AFP).

A bord d’un train, ils sont parvenus près de la ville de Piscacucho, dans la région de Cuzco, où un énorme rocher bloquait le passage. De là, les touristes, dont des Nord-Américains et des Européens, ont marché environ deux kilomètres pour embarquer dans des bus en direction de la ville de Cuzco, qui a un aéroport international.

Le maire du village proche du Machu Picchu, Darwin Baca, avait déclaré à l’AFP que « 5 000 touristes » étaient bloqués à Cuzco. L’aéroport de la ville a rouvert vendredi après-midi.

Le Monde avec AFP

The post Pérou : après des manifestations meurtrières, le gouvernement tente de rassurer et affirme que le pays est « en bonne voie » appeared first on Haiti24.

Lot atik