Roland-Garros 2023 : pourquoi Djokovic ne sera pas sanctionné après ses propos polémiques sur le Kosovo

3 minutes, 6 seconds Read
Novak Djokovic CLODAGH KILCOYNE / REUTERS

DECRYPTAGE – Après des discussions avec la direction du tournoi, le Serbe a été informé qu’il ne devra pas recommencer.

Depuis son message politique  Le Kosovo c’est le cœur de la Serbie ») à la sortie de son 1er tour victorieux contre l’Américain d’origine serbe Aleksandar Kovacevic, Novak Djokovic se retrouve une nouvelle fois dans la tourmente. En dépit de l’émoi provoqué, le n°3 mondial en quête d’un 23e titre du Grand Chelem ne sera pas sanctionné.

« Novak Djokovic ne sera pas sanctionné après son message controversé contre le Kosovo… mais la Fédération française de tennis suggère qu’il y aura un rappel au numéro 3 mondial sur les règles du Grand Chelem », résume le Daily Mail. Et de rappeler que lors du dernier Open d’Australie, le Russe Karen Khachanov avait écrit sur une caméra pour soutenir l’Arménie, dans le conflit qui l’oppose à l’Azerbaïdjan pour le Haut-Karabagh.

Après des échanges avec la direction du tournoi, Djokovic a été simplement rappelé à l’ordre

Dans le monde du tennis, le Grand Slam Board, l’organe représentatif des Grands Chelems (Open d’Australie, Roland-Garros, Wimbledon et l’US Open) veille au bon déroulement des tournois. Il est composé des présidents et directeurs généraux des quatre Grands Chelems et du président de la Fédération internationale de tennis. Le Français Ugo Valensi en est son directeur exécutif. L’instance s’appuie sur le « Grand Slam rule book » qui fait foi. À Roland-Garros, avant d’entrer dans le tournoi, les joueurs signent un formulaire d’inscription. Il y a sur tous les tournois du Grand Chelem deux superviseurs, ce sont eux qui auraient, avec le juge-arbitre du tournoi, décident d’une amende ou d’une éviction en cas de dérapage, de non-respect des règles, d’atteintes aux lois. Ce qui ne sera pas le cas pour Novak Djokovic qui a, après des échanges avec la direction du tournoi, été simplement rappelé à l’ordre.

Ce que dit la charte d’éthique… de la fédération française de tennis

Gilles Moretton, le président de la fédération française a, dans Télématin sur France 2, précisé : « La charte éthique de la Fédération concerne les licenciés de la Fédération, pas les joueurs internationaux. Quand ils sont en conférence de presse, ils ont le droit de s’exprimer dans tous les domaines. En revanche, sur le terrain, on a souhaité que les joueurs n’aient pas de position politique. On a beaucoup échangé avec l’entourage de Djokovic, cela ne doit pas se reproduire. Il n’y a pas de sanction pour l’instant. On sait qu’il est dans l’émotion. Mais il faut laisser le terrain neutre. »

Amélie Oudéa-Castéra la ministre des Sports et des Jeux olympiques a, sur France Télévisions, ajouté : « Ce n’était pas approprié, la directrice du tournoi (Amélie Mauresmo) a pu échanger avec lui, son entourage, il ne faut pas que cela recommence. Il y a un principe de neutralité du terrain, du jeu. Il ne faut pas que cela se reproduise. »

Novak Djokovic jouera, ce mercredi, son 2e tour contre le Hongrois Marton Fucsovics, sur le court Philippe Chatrier, dans le cadre du match phare de la session de soirée.

The post Roland-Garros 2023 : pourquoi Djokovic ne sera pas sanctionné après ses propos polémiques sur le Kosovo appeared first on Haiti24.

Lot atik