Sanctionné par les États-Unis, Gary Bodeau va utiliser tous les mécanismes légaux disponibles pour laver son nom

Sanctionné par les États-Unis, Gary Bodeau va utiliser tous les mécanismes légaux disponibles pour laver son nom

2 minutes, 55 seconds Read

L’ancien député Gary Bodeau annonce qu’il va utiliser les procédures légales disponibles pour laver son nom après les sanctions du gouvernement américain à son encontre.

Sanctionné par les États-Unis, l’ancien président de la Chambre des députés Gary Bodeau ne compte pas se laisser faire. L’ancien parlementaire annonce ce jeudi 6 avril qu’il va utiliser tous les mécanismes légaux disponibles aux États-Unis pour laver son nom.

« La loi sur les sanctions aux États-Unis donnent des procédures que j’entends utiliser dans la sérénité et la discrétion nécessaires. La loi sur les sanctions au Canada donne des mécanismes. Je les utiliserai dans la paix et la sérénité », a déclaré l’ancien représentant de Delmas à la Chambre des députés dans une vidéo pré-enregistrée, transmise à Juno7.

L’ancien parlementaire qui promet de ne pas faire de vagues et de garder son sang-froid affirme qu’il ne mérite pas ce qui lui arrive. « Je n’ai rien fait pour mériter cela », clame-t-il, soulignant qu’il ne tient pas rigueur aux fonctionnaires américains et canadiens [qui gèrent ces dossiers].

Soulignant que ces sanctions ne font pas de lui un criminel ni un fugitif ou encore un délinquant, M. Bodeau dit espérer que le gouvernement haïtien ne va le persécuter politiquement. Il assure toutefois être prêt à se présenter à la justice, s’il le faut. « Je ne suis pas la première personne à faire l’objet d’accusations sur cette terre ; tout le monde a le droit de se défendre », soutient-il.

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor américain a annoncé le 5 avril dernier des sanctions contre M. Bodeau pour corruption. Il aurait distribué près de 7 millions de dollars pour un vote à la chambre basse en 2018. Le département d’État américain, dirigé par Antony Blinken, a annoncé, ensuite, des restrictions de visa et des sanctions financières à l’encontre de l’ancien député de Delmas. Le Canada avait déjà pris des mesures similaires contre lui en novembre 2022.

Gary Bodeau reconnaît sa part de responsabilité et celle des élites dans la crise actuelle

Sanctionné par les États-Unis, Gary Bodeau va utiliser tous les mécanismes légaux disponibles pour laver son nom

Réagissant à la crise multidimensionnelle qui bouleverse Haïti, Gary Bodeau se veut optimiste. Il affirme que cette crise est loin d’être pire que celle qu’ont vécu d’autres pays. « Je veux dire au peuple haïtien de se ressaisir. Il y a d’autres pays qui ont connu pire que ça mais qui ont réussi à s’en sortir », a-t-il déclaré.

Demandant aux élites du pays de faire de même, Gary Bodeau admet que, durant les trois dernières années, cette catégorie de la société haïtienne n’a pas été à la hauteur. Ce qui, dit-il, joue probablement un rôle dans la crise actuelle.

« Peut être, pour être honnête, […], durant les trois dernières années, moi-même, les autres acteurs, le président qui a été assassiné, les anciens premiers ministres, l’élite économique, l’église, la classe politique, n’avons pas été à la hauteur afin de discuter et trouver un accord sur nos désaccords. C’est ce qui probablement nous met là où nous en sommes aujourd’hui », a-t-il reconnu.

En savoir plus:

Quand Dubicart Gallery se souvient des 220 ans de la mort de Toussaint Louverture

Lot atik